22 octobre 2011

Les 25 ans de règne du grand-duc Jean

C'est le 12 novembre 1989 que le grand-duc Jean a fêté son jubilé d'argent. Il avait succédé à l'âge de 43 ans, vingt-cing ans plus tôt, à sa mère la grand-duchesse Charlotte qui avait abdiqué. Avant cela il avait déjà en 1961 était associé étroitement aux affaires de l’État en étant nommé lieutenant-représentant du grand-duché.

Je vous propose un extrait de ce livre, amicalement communiqué par Petit Belge : "Notre Dynastie : les origines des Nassau et le règne des Nassau-Weilburg au grand-duché de Luxembourg (1890-1990)" de Paul Lafontaine, éditions Saint-Paul

"Les festivités débutent le 13 novembre devant le palais grand-ducal par une aubade et une ovation, données par la musique militaire et un peloton de l'armée luxembourgeoise en l'honneur de la famille grand-ducale qui a pris place au balcon. La surprise est la participation de la musique des Irish Guards, un régiment dans lequel le grand-duc Jean a servi pendant la seconde guerre mondiale et dont il est colonel. Après s'être rendue à pied jusqu'à l'hôtel du Conseil d'Etat, la famille grand-ducale a admiré un feu d'artifice. La soirée se termine par une fête organisée par la Luxembourg Boy Scout Association au théâtre municipal. Le grand-duc Jean, chef scout depuis 1946, est visiblement à l'aise au milieu de centaines d'enfants et de jeunes plein d'entrain.
Le lendemain, 14 novembre, une cérémonie d'hommage au souverain a lieu à la Chambre des Députés. A 10h30, le grand-duc Jean, la grande-duchesse Joséphine-Charlotte, le grand-duc héritier Henri, la grande-duchesse héritière Maria-Teresa et le prince Guillaume se rendent du palais à la Chambre des Députés, où ils sont accueillis à l'entrée par un quatuor de trompettes. Ils prennent place dans des fauteuils sur une estrade d'honneur, en présence des députés, des membres du gouvernement et du corps diplomatique, ainsi que des autorités civiles et religieuses. Dans leur discours, la présidente de la Chambre des Députés Erna Hennicot-Schoepges et le premier ministre Jacques Santer soulignent le rôle du couple grand-ducal dans un pays en pleine mutation. Le grand-duc s'adresse à l'assistance et au peuple, la cérémonie étant retransmise en direct par la télévision. Il dresse un bilan de son règne dans lequel les aspects positifs dominent largement et pendant lequel "les institutions de notre Etat ont toujours fonctionné harmonieusement ; à aucun moment, il n'a existé la moindre tension dans les relations entre les pouvoirs". Le grand-duc termine par ces mots :  "Dans notre histoire, dans la mémoire et le caractère de notre petit peuple, reposent une grande force et un grand capital : le sens du travail bien fait, la ténacité et l'endurance, la tolérance et la patience. C'est le meilleur stimulant pour l'avenir de notre pays et celui d'une Europe structurée. Ainsi notre pays continue son chemin dans le concert de ses partenaires européens, sous la conduite de la Couronne et de ses institutions démocratiques, et sous la protection du Très-Haut qui, de sa main conduit les nations à travers le monde".   La cérémonie prend fin par le chant de l'hymne national.
A l'issue de cette cérémonie, un Te Deum solennel est célébré en la cathédrale de Luxembourg par Mgr Jean Hengen, archevêque de Luxembourg, en présence de la famille grand-ducale. Dans l'après-midi, la ville de Luxembourg organise une fête populaire à la place d'Armes. Au cours d'un grand spectacle au cercle municipal, le grand-duc découpe un magnifique gâteau d'anniversaire. Dans son allocution, la bourgmestre Lydie Wurth-Polfer souligne l'attachement des Luxembourgeois à leur grand-duc et esquisse brièvement l'évolution foudroyante de la ville de Luxembourg depuis 1964.
Le 15 novembre est la "Journée des Elus Locaux". Les bourgmestres, échevins et membres des conseils communaux des 118 communes peuvent côtoyer le grand-duc, la grande-duchesse, le grand-duc héritier, la grande-duchesse héritière et le prince Guillaume lors d'un déjeuner en commun au Hall Victor Hugo à Luxembourg-Limpertsberg. Des discours sont prononcés par le ministre de l'Intérieur Jean Spautz, le président du Syndicat des Villes et Communes Luxembourgeoises Henry Cravatte et le premier ministre Jacques Santer. En guise de souvenir du 25ème anniversaire de son accession au trône, le souverain fait don d'un tilleul à chaque commune du pays. Relevons pour terminer qu'à l'occasion de cet anniversaire, une médaille commémorative a été créée. En outre, dans sa séance du 10 novembre 1989, le conseil de gouvernement a décidé de créer une Fondation Grand-Duc Jean. Richement dotée, elle permettra la construction d'un Musée d'Art Contemporain à Luxembourg, destiné notamment à abriter une partie des collections de l'amateur d'art Peter Ludwig d'Aix-la-Chapelle. La conception serait confiée à l'architecte américain d'origine chinoise Ieoh Ming Pei (créateur de la Pyramide du Louvre) et le musée devrait être achevé pour 1995 lorsque Luxembourg assumera le rôle de capitale européenne de la Culture".


Cérémonie dans le palais de la Chambre des Députés, le 14 novembre 1989
De gauche à droite : le prince Guillaume (actuel grand-duc héritier), le prince Félix, la grande-duchesse héritière Maria-Teresa, le grand-duc Jean, la grande-duchesse Joséphine-Charlotte, le prince Louis, le grand-duc héritier Henri et le prince Guillaume
(© Collection personnelle)

(© Collection personnelle)

Aucun commentaire:

Publier un commentaire