12 août 2013

L'écrin grand-ducal: les bijoux de la reine Astrid

Dans l'écrin de la famille grand-ducale subsistent plusieurs pièces liées à la mémoire de la reine Astrid. Les éléments les plus connus sont sans doute une paire de boucles d'oreilles et un bracelet-collier, ornés tous deux d'émeraudes. Encore aujourd'hui, la grande-duchesse Maria-Teresa les porte.

La princesse puis reine Astrid portait très souvent une paire de boucles d'oreilles, avec d'imposants pendants incrustés d'émeraudes. Il pourrait s'agir d'un cadeau de ses parents, le prince Carl et la princesse Ingeborg, suite à son mariage. En effet, on sait qu'ils lui offrirent à cette occasion une semi-parure en émeraudes, provenant de la reine Louise de Danemark, composée d'une paire de boucles d'oreilles, d'une broche et d'une croix1. La reine Astrid appréciait tout particulièrement ces pendants et les destinait à sa fille Joséphine-Charlotte comme elle pu le confier à son amie, la comtesse Anna Sparre2.



Bien que la princesse Lilian ait porté ces boucles au début des années 1950, elle furent ensuite cédées, comme souhaité par la reine Astrid, à sa fille Joséphine-Charlotte, sans doute au moment de son mariage en 1953 avec le grand-duc héritier Jean de Luxembourg ou en 1959-1960 lorsque le roi Léopold III s'est retiré de la vie publique. Joséphine-Charlotte les choisissait très fréquemment, et les assortissait avec d'autres bijoux des collections grand-ducales : un collier-diadème en diamants et émeraudes venant de chez Van Cleef & Arpels, le diadème Chaumet doté d'une grosse émeraude, ou encore une broche avec une émeraude sertie de brillants qui peut être accroché à des rivières de diamants.


La princesse Marie-Astrid a au moins porté ces boucles au début des années 1980 à l'occasion d'un bal à la Cour. Elles n'ont, semble-t-il pas, fait partie de la vente aux enchères de 2006. Cependant, cela faisait plusieurs années qu'elles n'avaient plus été vues. En 2007, la grande-duchesse Maria-Teresa les a ressorties à l'occasion du 70e anniversaire du roi Harald V de Norvège. Il en fut de même en 2011 lors de la visite d'Etat du couple grand-ducal en Norvège. Sans doute une attention destinée au souverain norvégien dont la mère, née princesse Märtha de Suède, était la sœur de la reine Astrid.


La reine Astrid possédait bien d'autres émeraudes. Comme un collier à pendants, pouvant être porté en diadème, offert par ses beaux-parents en 1930 suite à la naissance du prince Baudouin, plusieurs broches que la reine Sophie de Suède, décédée en 1913, destinait à sa petite-fille, ou encore une importante broche de la reine Elisabeth qui pourrait d'ailleurs provenir de l'héritage de la comtesse de Flandre voire de l'impératrice Charlotte3. Christophe Vachaudez évoque également un "bracelet aux motifs ondulants orné d'une émeraude centrale"4 comme cadeau de son époux Léopold.

Photo : Sotheby's

Ce bijou a refait surface en 2005 lors d'une exposition consacré à la reine Astrid au Musée BEL-Vue à Bruxelles et en 2006 lorsque les héritiers de la grande-duchesse Joséphine-Charlotte, décédée un an plus tôt, avaient décidé de mettre en vente chez Sotheby's à Paris les bijoux privés de leur mère, ou du moins une partie. Le bracelet, pouvant être porté en collier, était alors estimé entre 15.000 et 25.000 euros. Il faut cependant noter que le catalogue de la vente identifiait cette pièce, datant des années 1920, comme un cadeau de la reine Elisabeth à sa bru suite à la naissance de la princesse Joséphine-Charlotte en 1927.


Joséphine-Charlotte entourée de ses enfants
Guillaume, Margaretha et Jean en 1996
Photo : Lus Castel / Point de Vue
La princesse Lilian l'a porté à quelques occasions au début des années 1950. Il échut par la suite à Joséphine-Charlotte avant 1983. En effet, de source sûre, le roi Léopold III n'a pas légué de bijoux dans son testament. Quand la grande-duchesse l'a donc reçu ? Difficile à dire. Tout comme les boucles d'oreilles, on pourrait raisonnablement penser à 1953 ou en 1960. Cependant, comme Joséphine-Charlotte  ne semble pas avoir porté souvent ce bijou, pourtant si intimement lié au souvenir de sa mère, on ne peut pas exclure qu'elle ait pu entrer en sa possession plus tardivement. A l'instar des relations avec Laken, les rapports entre Argenteuil et la Cour luxembourgeoise s'étaient faits plus difficiles. Mais Léopold III avait tout de même été invité en 1981 et en 1982 aux mariages de ses petits-enfants, Henri, Marie-Astrid et Margaretha. A ma connaissance, Joséphine-Charlotte n'a porté ce bijou, en collier avec les boucles d'oreilles de sa mère, qu'à une seule occasion : le 11 juin 1996 lors des 70 ans du prince Edouard de Lobkowicz célébrés au Ritz à Paris.

Les Luxembourgeois ont désapprouvé l'initiative de la vente aux enchères des bijoux, ainsi que d'une partie de la forêt de Grünewald, qu'ils considéraient comme faisant partie du patrimoine national. Suite au tollé, la vente a donc été annulée. Bien que discrètement des pièces mineures aient été vendues (cf. l'article sur la parure de rubis de la grande-duchesse Joséphine-Charlotte), les bijoux les plus importants de la succession ont été sauvegardés au sein de la famille. D'ailleurs, Maria-Teresa porte volontiers en collier ce bijou comme lors de la visite d'Etat du couple grand-ducal en Belgique en 2007, au Danemark pour les 70 ans de la reine Margrethe II en 2010 ou encore l'année suivante lors de la cérémonie des Nobel en Suède.



Notes :
1. Christophe Vachaudez, Bijoux des reines & princesses de Belgique, Bruxelles, Racine, 2004, p. 123
2. Anna Sparre (comtesse), La Reine Astrid "Mon amie à moi", Bruxelles, Luc Pire, 1995, p. 126
3. Christophe Vachaudez, Op. cit., p. 123
4. Ibid.

Aucun commentaire:

Publier un commentaire